Motif et effets impressionnistes en Normandie

Motif et effets impressionnistes en Normandie
Marc-André Fournier
Version du : 
19 Juillet 2013
Disponible uniquement sur iPad
Prix : 
4,99 €
Description : 

L’Impressionnisme prend un I majuscule tant ses peintres sont grands, son aura universelle et son histoire palpitante.

Jamais cette dimension n’aurait été acquise sans la détermination et le travail acharné de «loups assurément, puisque sans collier [Gauguin]», sacrifiant tout pour une nouvelle idée de la peinture. Leur adversaires sont légions, leurs alliés au nombre de deux et seulement deux : le motif et les effets.

Mots «magiques», maintes fois utilisés par chacun d’entre eux, dans les bons et les mauvais moments, sous le soleil ou la pluie, à la mer ou la campagne, dans le froid ou la canicule, en regardant un train passer, en regardant les années s’écouler. On peut adjoindre aux deux items des termes techniques voire même le mot d’impression, seulement c’est inutile. Pour s’en persuader il suffit de mettre nos pas dans les traces laissées par Monet, Pissarro, Morisot, Renoir, Degas et Boudin, et d’ouvrir nos yeux quand sur le motif nous sommes.

Là nous tenterons d’y discerner nous aussi des effets. Et si la chose est impossible, si nous restons aveugles, nous pourrons toujours jeter un oeil sur notre écran pour nous aider à vaincre notre cécité, notre surdité.
Car si l’Impressionnisme est lié à jamais à la peinture, d’autres arts, d’autres artistes furent, un peu avant ou un peu après, en quête également d’un nouveau langage, d’une nouvelle approche, de nouvelles impressions, expressions. Musiciens et peintres, poètes et rapins vivent consciemment ou non les vers de Baudelaire : Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Fichier : 
impressionnisme_normandie_bookbeo.ibooks